17
Dim, Déc

Emergence économique en 2025 : le Congo mise sur une jeunesse qualifiée

congo
Typographie

Le Congo poursuit la construction d’une économie prospère et compétitive. Noble ambition qui passe par une qualification à l’émergence à l’horizon 2025. Ce qui ne pourrait se réaliser sans une jeunesse qualifiée. 

La qualification du Congo à l’émergence économique à l’horizon 2025 est aujourd’hui, l’engagement le mieux partagé par les Congolais, au-delà des clivages idéologiques et politiques. La réussite de ce challenge passe par une meilleure prise en compte de la qualification professionnelle des jeunes congolais, -plus de 50% de la population-, et des forces potentielles du développement de leur pays.

Cette vision est aussi partagée par la Fondation Perspectives d’Avenir, présidée par l’Honorable Denis Christel SASSOU NGUESSO qui a organisé les 12 et 13 février derniers, le premier Forum international « sur la contribution des jeunes à la construction d’une émergence durable en Afrique et au Congo ». Aux nombreux jeunes qui ont participé assidument aux travaux, les experts ont expliqué « ce qu’est l’émergence », « quels en sont les leviers » et « quelles stratégies » doit-on mettre en œuvre pour y parvenir.  Nicodème LOUEBA, un étudiant congolais affirme : « jeune ou vieux, nous devons être concernés par la réflexion à mener sur l’émergence parce qu’elle touche à l’avenir de la nation. »

« Pas d’émergence sans jeunesse qualifiée »

Comment mobiliser les jeunes autour de cet idéal de développement si rien n’est fait pour leur donner de l’espoir par ces temps de chômage endémique ? Denis Christel SASSOU NGUESSO l’a compris, qui a assigné à sa Fondation, d’accorder « une place prépondérante à la jeunesse, axe majeur de son action, dans la marche » résolue « du Congo  vers l’émergence. » Vérone Mankou, le jeune entrepreneur et promoteur des premières tablettes africaines renchérit: « On ne peut pas être émergent quand on n’a pas une jeunesse qualifiée. On ne peut pas être émergent quand les métiers émergents ne trouveront pas preneur. On peut tout dire de la Chine, on peut tout dire de la Corée du Sud, on ne peut rien trouver à dire de la qualification de leur jeunesse. Ce sont des pays de formation qualifiante et où des emplois se créent. »

Mais une jeunesse qualifiée, n’est pas le seul levier de l’émergence. Pour l’éminent enseignant-chercheur, Docteur Kitsono KINZUNZA de l’Université Marien NGOABI, - il juge « incohérente» une qualification datée à l’émergence – cette dernière  « ne se décrète pas. » Il faut un leadership politique transformationnel. Puis il faut déprogrammer et reprogrammer le logiciel mental collectif en encourageant l’entreprenariat parce que ce sont les entreprises qui créent des emplois et la richesse. »

 

A la suite du Forum sur l’émergence, la Fondation perspectives d’Avenir organisera du 22 au 27 février prochain, le « Dialogue sur l’entreprenariat des jeunes » à Brazzaville et à Pointe Noire.